Une énergie aux multiples facettes

Par rapport à d’autres sources d’énergie, le gaz naturel possède plusieurs atouts majeurs :

  • il est abondant et disponible ;
  • son système d’approvisionnement est sûr ;
  • son impact environnemental est limité. 

Considéré comme le combustible fossile le plus propre, le gaz naturel contribue à un marché énergétique durable. Mieux : en se substituant à d'autres combustibles fossiles (comme le charbon pour la production d’électricité), il permet de réduire la charge polluante sur l'air et le climat, tant en termes de CO2 que de particules fines.

Fort de ses qualités, le gaz naturel présente de sérieux avantages à faire valoir dans un contexte de transition énergétique. En Suisse, il s’intègre parfaitement aux objectifs du programme Energie 2050 de la Confédération qui incorpore également de nouvelles sources d’énergies renouvelables.

Toutefois, avant que celles-ci ne soient disponibles à large échelle, la production d’électricité à partir de gaz naturel constitue une alternative qui concilie les exigences d'approvisionnement et de protection climatique. De ce fait, le gaz naturel est appelé à jouer un rôle toujours plus important pour la propulsion des véhicules et la production d'électricité.

PROVENANCE ET ABONDANCE DU GAZ NATUREL

Le gaz naturel s’est formé il y a quelques millions d’années dans des bassins sédimentaires à partir de dépôts organiques. 

Cliquez pour en savoir plus

Il fait partie de la famille des hydrocarbures, des molécules constituées essentiellement d’atomes d’hydrogène et de carbone.

Composé principalement de méthane (en général à plus de 80%), on le rencontre sous deux formes dans la nature : les gaz conventionnels et les gaz non conventionnels.

TYPES DE GAZ

Le classement d’un gaz dans la catégorie « conventionnel » ou « non conventionnel » dépend du type de gisement :

Cliquez pour en savoir plus

  • Les gisements dits "conventionnels" sont contenus dans des roches réservoirs perméables et leur exploitation est relativement aisée.
  • Les gisements dits "non conventionnels" concernent tous les autres types de gisements. Parmi eux :

    • le gaz de schiste : du gaz naturel accumulé dans des roches mères de type « schiste » peu perméables, qui nécessitent des techniques d’extraction ;
    • le gaz piégé ou gaz serré ou encore « tight gas », accumulé dans des réservoirs de type «grès» dont la perméabilité est très faible ;
    • le gaz de charbon, provenant des strates de charbon à grande profondeur ;
    • les hydrates, sous forme de glace à partir desquels est produit le gaz naturel, contiennent du méthane prisonnier. Ils se trouvent dans les sols gelés ou dans le fond des océans.

Ainsi, la notion de gaz non conventionnel est relativement floue et évolue avec les progrès technologiques. De cette façon, un gisement de gaz serré peut parfois être classé parmi les gisements conventionnels. 

Les gaz non conventionnels ont l’avantage d’être beaucoup mieux répartis géographiquement que les gaz conventionnels dont la majeure partie est concentrée au Moyen-Orient et dans les pays de la CEI.

Ressources de gaz conventionnel et non conventionnel dans le monde

Grâce au développement des sources de gaz non conventionnel, les Etats-Unis sont devenus autonomes en termes de production gazière et les prix ont fortement chuté, ce qui rend le gaz naturel très compétitif par rapport aux autres énergies.

Si l’on additionne ces nouvelles ressources à celles du gaz conventionnel, il y aurait suffisamment de gaz naturel pour couvrir nos besoins pendant les prochaines 250 années au taux de production actuel. Cette production a beaucoup évolué durant ces dernières décennies, notamment par rapport au pétrole. La production mondiale de gaz naturel a été multipliée par un facteur de 7.5 entre 1961 et 2011. 

Ressources estimées, techniquement récupérables (en milliards de mètres cubes ou bcm)

Consommation en Suisse

En 2013, la Suisse a consommé près de 40'000 GWh de gaz naturel, ce qui représente environ 13 % de la consommation énergétique finale du pays. En importance, c’est le troisième vecteur énergétique après le pétrole et l’électricité.

Le gaz naturel consommé en Suisse provient à plus de des deux tiers de l'Union européenne et de la Norvège. Un tiers découle de sources diverses (Russie, Algérie, gaz naturel liquéfié).

La découverte de gisements en Suisse permettrait de renforcer l’indépendance énergétique du pays. 

De même, une production indigène comporterait également quelques avantages au niveau écologique.